«Berlin est un théâtre, Amsterdam un musée»

Karolien Berkvens tord le cou aux idées reçues sur Berlin et aux mythes qui l’entourent.
Karolien Berkvens tord le cou aux idées reçues sur Berlin et aux mythes qui l’entourent. - Jacobia Dahm.

entretien

Une ville peut-elle être le personnage principal d’un roman ? Dans le cas de Berlin, on ne nourrit pas la moindre hésitation à répondre par l’affirmative, tant la seule évocation de la ville allemande nourrit l’imaginaire, la passion, autant que les fantasmes les plus divers depuis la chute du Mur en 1989. Mais si Karolien Berkvens s’en empare dans son second roman Fils de Berlin, c’est surtout pour tordre le cou aux idées reçues sur Berlin et aux mythes qui l’entourent.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct