France: un ministre peut ouvrir sa gueule s’il démissionne

Agnès Buzyn, au soir du premier tour des élections municipales à Paris
: une dernière semaine de campagne vécue comme un «
cauchemar
».
Agnès Buzyn, au soir du premier tour des élections municipales à Paris : une dernière semaine de campagne vécue comme un « cauchemar ». - Reuters

Les larmes ne mentent jamais. Par les pleurs, le corps expulse toute sorte de choses. Du chagrin, de la douleur, de la colère, du dépit, de la peur, de l’épuisement, des regrets, des remords ou tant d’autres choses. Mais que disent celles de l’ancienne ministre française de la Santé, Agnès Buzyn ? Ça reste un mystère.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct