Coronavirus – «La vie en pause, jour 5»: le coiffeur

Le salon de coiffure, un lieu de première nécessité
?
Le salon de coiffure, un lieu de première nécessité ? - D.R.

Ce matin, il s’est passé un truc incroyable.

On est sortis. A deux, avant midi. On aurait pu l’après-midi mais alors il aurait fallu faire un petit footing. Et on n’avait pas trop envie, on voulait juste marcher, tranquilles. On avait quand même emporté un ballon de foot et le chien. Qui est un Jack Russell, donc, quelque part, le sortir, c’est du sport.

On a croisé un magnolia en fleurs d’au moins six mètres de haut et Jan, le voisin d’en face, sur son vélo : Jan est Flamand, travaille à Bruxelles et, tous les jours, dès qu’il descend du train, il enfile son petit casque, ses lunettes et enfourche son vélo. Là, ça se voit, il est heureux. Plus de train, plus de boulot, juste le vélo.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct