Coronavirus: les soins intensifs n’excluent pas de bientôt devoir choisir entre les patients plus jeunes et les personnes âgées

Image d’illustration
Image d’illustration

A la demande du SPF Santé publique, la société belge de médecine intensive a, selon nos confrères du Standaard, élaboré un texte de conseil éthique à destination des hôpitaux, avec l’éthicien Ignaas Devisch. Le but : réguler l’afflux de patients vers les soins intensifs. L’âge, seul, ne peut pas être le facteur décisif, explique Geert Meyfroidt, actif au laboratoire des soins intensifs de la KU Leuven. « Cela a été fait dans le nord de l’Italie, car le système de santé était surchargé. Il y a beaucoup de critiques, et à juste titre, car une personne âgée de plus de 90 ans peut être en situation favorable, tandis qu’une personne âgée de 75 ans peut être en très mauvaise posture. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct