Coronavirus: l’Italie impose un «délit d’épidémie» pour verrouiller le confinement

A Bergame, l’armée a été appelée en renfort pour le transport des victimes vers les crématoriums.
A Bergame, l’armée a été appelée en renfort pour le transport des victimes vers les crématoriums. - Photo News

En Italie, la pandémie du Covid-19 a révélé une vérité toute simple : c’est la peur de la mort qui pousse les citoyens à respecter les règles d’une quarantaine de plus en plus sévère. Or, la peur est une question de proximité géographique. Dans la ville de Bergame où, mercredi soir, une dizaine de camions militaires ont pris en charge les dépouilles de soixante-cinq victimes pour les transporter vers les crématoriums de Modène et Bologne, la perception du danger est, par exemple, plus douloureusement ressentie que dans la toute proche métropole milanaise.

« Le problème est que, d’un côté, je vois encore des gens qui se promènent en toute tranquillité et, de l’autre, je suis confronté à des malades qui ne peuvent plus respirer. Basta ! Je m’efforce de le dire gentiment, mais si cela ne devait pas s’avérer suffisant, il faudra nécessairement intervenir à nouveau », s’est écrié mercredi le gouverneur de la Lombardie, Attilio Fontana.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct