Victime du coronavirus, le monde du cinéma bascule en terre inconnue

«
La bonne épouse
», de Martin Provost, avec Juliette Binoche, sorti le 11
mars en France et en Belgique, a été stoppé en plein vol alors qu’il s’annonçait comme la jolie surprise du printemps.
« La bonne épouse », de Martin Provost, avec Juliette Binoche, sorti le 11 mars en France et en Belgique, a été stoppé en plein vol alors qu’il s’annonçait comme la jolie surprise du printemps. - D.R.

Salles de cinéma fermées, tournages suspendus ou reportés, films mis en attente ou basculant en VOD, festivals postposés ou annulés, personnel en chômage temporaire, séances scolaires annulées, tax shelter en récession… Le monde du cinéma est également confronté à une situation inédite. Et ça fait mal, très mal à tous les échelons du secteur. « Impossible de quantifier pour l’instant, mais l’impact sur l’exploitation des films va être colossal. On est dans une situation de crise », réagit Patrick Quinet, patron d’Artémis Production.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct