Coronavirus: nous ne sommes pas égaux devant le confinement

Coronavirus: nous ne sommes pas égaux devant le confinement

Pour expliquer le principe du confinement, je leur ai dit que c’était un peu comme dans la Belle au bois dormant. Pour que la princesse ne meure pas en se piquant au doigt, les fées ont pris la décision de l’endormir, elle et tous ses proches, pendant cent ans. Nous aussi, nous allons devoir prendre du repos, rester chez nous et un jour, tout comme le prince sauve la belle d’un baiser, nous pourrons nous embrasser à nouveau. » Ces mots de l’écrivaine Leila Slimani, Prix Goncourt pour Chanson douce ont suscité l’indignation. Pas tant pour ce qu’ils disent que parce que ce journal du confinement, publié par Le Monde, est écrit d’une grande maison dans la campagne normande et pas depuis les « trous de souris, (…) là où les gens souffrent », dit un internaute. Tandis qu’un autre ironise : « Salut les pauvres, comment ça se passe dans votre 15 mètres carrés à trois ? (…) On n’est pas bien là ? »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct