Fil info
Médecin, le coronavirus a changé sa vie: «Quand c’est soi-même qu’il faut préparer à un risque de décès, ce n’est pas la même chose»
Pierre-Yves Thienpont.

Médecin, le coronavirus a changé sa vie: «Quand c’est soi-même qu’il faut préparer à un risque de décès, ce n’est pas la même chose»

La Peste. C’est en dévorant, à 18 ans, La Peste d’Albert Camus que Philippe Devos a mûri sa vocation. À l’heure de choisir ses études – au début des années 90 – il tergiversait entre gestion et médecine. La lecture de La Peste a tout fait basculer. Hasard de l’histoire, l’essentiel des ingrédients du moment y était déjà : l’épidémie, les autorités qui peinent à réagir, le confinement, le déni, les petites magouilles de l’âme humaine… Mais aussi, et surtout, l’engagement sans faille du docteur Rieux. C’est évidemment la force de caractère et l’humanité de ce dernier qui ont servi de déclencheur. Qui ont fait que Philippe Devos allait devenir, quelques années plus tard, Docteur Philippe Devos. Qui ont fait qu’il est aujourd’hui chef du service des soins intensifs du Groupe santé CHC à Liège et président de l’Absym, le plus grand syndicat médical du pays.

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Vous désirez lire la suite ?
    1€ le 1er mois
    (sans engagement)
    J'en profite