Coronavirus: la France «serre la vis», mais sans plus

Emmanuel Macron, vendredi lors de la cellule de crise au ministère de l’Intérieur
: «
La France n’en est qu’au début de l’épidémie
».
Emmanuel Macron, vendredi lors de la cellule de crise au ministère de l’Intérieur : « La France n’en est qu’au début de l’épidémie ». - Reuters

Pas de confinement « à la chinoise ». Pas de couvre-feu. Mais seulement un « serrage de vis » à ce stade. Pressé par des collectifs de médecins de durcir les mesures d’isolement, l’Elysée écarte toujours les décisions les plus radicales. Emmanuel Macron reste arc-bouté sur la théorie du « en même temps » : intimer aux habitants de rester chez eux mais encourager malgré tout l’activité économique à se poursuivre.

« La France n’en est qu’au début de l’épidémie », a admis le président vendredi. « C’est une course de vitesse contre le virus ». La veille, il avait regretté que les mesures de distanciation sociale soient trop souvent prises à la légère. Mais la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye ne parle encore que de « prolonger le confinement » pour une période d’ailleurs indéfinie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct