Sébastien, intérimaire: «On puise dans notre budget vacances»

Nous avons travaillé jusqu’à ce jeudi », explique Sébastien, 37 ans. Infographiste de formation, il est, depuis plus d’un an, ouvrier chez Nexans, une entreprise de fabrication de câbles installée à Charleroi. « Notre horaire est calculé sur cinq semaines. Je terminais ma semaine du matin ».

Avec du chômage temporaire à la clé ? Pour un temps, seulement, car Sébastien est entré comme intérimaire dans l’entreprise, le 25 mars 2019. Et son contrat s’achèvera la semaine prochaine. « Je vais recevoir mon C4, prédit-il. J’espère qu’avec les mesures prévues par le gouvernement, j’aurai droit à une allocation de chômage. »

Par bonheur, Stefania, sa compagne, est institutrice primaire nommée. Son salaire à elle ne bougera pas. Car la plupart des charges, elles, subsistent : les factures d’énergie, le loyer et le frigo à remplir… Les coûts fixes ne manquent pas pour cette famille de quatre personnes, dont deux enfants en bas âge.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct