Gino et Cindy, indépendants: «On demandera un plan d’apurement»

Gino et Cindy, indépendants: «On demandera un plan d’apurement»

On a tous besoin de travailler. Mais qu’est-ce qui est le plus important : la santé ou coiffer une cliente à la fois en veillant à respecter les mesures de sécurité ? » Gino (38 ans) et Cindy (39 ans), un couple d’indépendants, ont choisi : priorité à la santé, la leur, celle de leurs deux ados de 15 et 13 ans et de leur clientèle. Samedi dernier, le volet de leur salon de coiffure et d’esthétique situé à Châtelet ne s’est pas levé. Il restera baissé jusqu’à la fin du confinement.

Cette décision est lourde de conséquences : aucun des deux conjoints ne ramène désormais de revenus. « Nous vivons d’habitude avec 1.500 euros chacun, explique-t-il. Cela nous suffit. Nous ne sommes pas dépensiers. Nous ne sommes plus partis en vacances depuis dix ans et avons mis de côté pour acheter notre maison. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct