«Achetez sur les boutiques en ligne belges»: la demande de plusieurs enseignes en temps de coronavirus

«
2020 sera une année perdue pour tous les détaillants, quelle que soit leur taille
», disent les patrons belges. Qui espèrent un soutien des clients des à présent.
« 2020 sera une année perdue pour tous les détaillants, quelle que soit leur taille », disent les patrons belges. Qui espèrent un soutien des clients des à présent. - Belga.

La crise sanitaire mondiale à laquelle nous sommes tous confrontés est sans précédent et s’intensifie. Il est actuellement trop tôt pour mesurer l’ampleur de ses conséquences. La manière dont nous traiterons les répercussions de cette crise en tant que société sera déterminée dans les semaines à venir. Des notions telles que la bienveillance et le civisme continueront à nous guider dans nos actions, dans notre façon de penser et d’interagir avec les autres.

Fermer les magasins : pas parce que c’était facile, mais parce que c’était juste

La façon dont notre société traitera ses commerçants après cette crise sera également précisée dans les semaines à venir. Depuis le début de la crise, tous les commerçants, petits et grands, se sont informés et se sont adaptés, chacun selon leurs capacités, à cette nouvelle donne en constante évolution. Avec une priorité absolue, au vu de la situation en Italie : préserver la santé de leurs clients et de leurs employés.

Les commerçants sont entrés dans une nouvelle ère depuis l’annonce des mesures renforcées le 12 mars. Un monde où la priorité principale est de concilier la satisfaction du client et la santé de tous, tant celle de nos clients que celle de chacun de nos employés. Depuis la publication de cette première série de mesures, de nombreux commerçants, sans tenir compte de l’impact financier et sans que le gouvernement ne les y engage, ont décidé unilatéralement de mettre la sécurité de leurs collaborateurs et de la société au centre de leurs préoccupations en fermant proactivement leurs magasins. Non pas parce que c’était facile, mais parce que c’était juste.

Les commerçants continuent de servir le consommateur

La question de savoir si les commerçants ont décidé eux-mêmes de fermer des magasins dans le cadre de la lutte contre cet ennemi invisible ne sera bientôt plus d'actualité. 2020 sera une année perdue pour tous les détaillants, quelle que soit leur taille. Mais malgré la certitude des pertes accumulées, nous continuons à servir les consommateurs belges. Nos boutiques en ligne resteront ouvertes pendant les prochaines semaines et, comme vous pouvez vous y attendre, nous mettrons tout en place pour répondre au maximum à leurs attentes. Dans cette période dominée par l’incertitude et la peur de tomber malade, nos remerciements s’adressent en priorité à nos collaborateurs actifs dans nos centres de distribution qui redoublent d’efforts dans des circonstances difficiles. Pendant ce temps, des semaines d’incertitude et de chômage économique ou temporaire s’annoncent vraisemblablement pour des dizaines de milliers, voire plusieurs centaines de milliers de leurs collègues actifs dans le commerce. Dans ces conditions, nous remercions également les personnes du secteur des transports, de la poste et du courrier qui se chargent d’acheminer toutes les marchandises à bon port.

Acheter sur les boutiques en ligne belges

Avec courage et sens civique, nous combattons tous le coronavirus. En tant que secteur, nous sollicitons également votre soutien. Lorsque vous passez des commandes en ligne (et vous le ferez sans aucun doute), pensez d’abord à votre commerçant local, qu’il s’agisse d’un entrepreneur indépendant ou d’un acteur national. Vous pouvez trouver des produits similaires sur des sites étrangers, livrables en Belgique. Certes. Mais après cette crise, nos dizaines de milliers d’employés de magasins souhaiteront vous accueillir à nouveau dans leurs commerces, soyez dès lors cohérents et achetez local ! Êtes-vous prêt à nous aider et à nous soutenir dans ce domaine ? Achetez sur nos boutiques belges et soutenez ainsi l’économie locale. Pas parce que c’est facile, mais parce que ça fait du bien.

(1) Dominique Motte, Boudewijn De Zutter, Michel Delfosse, Anja Maes, Elise Vanaudenhove, Bart Saelen, Manu Bracke, Toon Bossuyt, Filiep Blontrock, Tanguy De Ripainsel, Charles-Henri de Maleissye, Dieter Penninckx, Philippe De Moor, Ann et Bart Claes, Ives Depoortere, Tom De Coene, Stephan Jeger, Alain Hellebaut, Mimi Lamote, Wim Herman, Geert Schotte, Patrick Steylaerts, Wouter Torfs, Corneel De Maeyer, Luc Van Mol.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Économie
    • Svalbard, en Norvège, est située à environ un millier de kilomètres du pôle Nord. Les 21 téraoctets de données informatiques y seront bien conservés.

      Du code informatique stocké bien au frais dans l’Arctique

    • Archives Pierre-Yves Thienpont (Le Soir)

      Pas de train entre Furnes et La Panne