L’appel des généralistes à propos du coronavirus: «N’allez pas d’initiative dans un centre de tri hospitalier»

L’appel des généralistes à propos du coronavirus: «N’allez pas d’initiative dans un centre de tri hospitalier»
Mathieu Golinvaux.

La Belgique est mieux préparée que l’Italie »… Vendredi midi, à l’heure du bulletin de santé quotidien du pays, le virologue Emmanuel André (KULeuven) cherche à rassurer. « Il faut être patient pour voir l’impact des mesures qui sont prises au quotidien, mais elles seront efficaces ». C’est que les nouvelles données ont de quoi faire frémir : 2257 cas confirmés, dont 462 nouveaux ; 837 patients hospitalisés dont 214 dans les 24 dernières heures. Notons encore que, vendredi, on dénombrait 164 malades aux soins intensifs et 37 décès alors que 48 personnes avaient pu quitter l’hôpital au cours des 24 dernières heures. Tous ces chiffres sont en hausse constante, et conformes aux prévisions. Avant un week-end cauchemardesque ? Les avis sont partagés. N’empêche, tout ce que la Belgique compte comme médecins susceptibles de soigner cette maladie sera sur le pont. À commencer par les généralistes qui ont pour mission d’être les premiers interlocuteurs des citoyens inquiets. Le Collège de médecine générale clarifie les procédures officielles.

1

Rester chez soi !

La plupart des hôpitaux du pays mettent en place des centres de tri pour orienter les malades avant même qu’ils n’accèdent aux urgences. Fort bien, mais ces centres de tri ne sont, en principe, pas en libre accès. « Le premier et seul réflexe à avoir pour un citoyen qui présente des symptômes – toux, mal de gorge, nez qui coule, mal de tête – c’est de rester chez soi », rappelle le docteur Thomas Orban, président du Collège de médecine générale. J’attire l’attention des patients sur un signal qui semble émerger en lien avec le Covid-19 : la perte brutale d’odorat. Face à ce symptôme, et à toute autre suspicion, le mot d’ordre c’est : restez chez vous ! ».

2

Appeler un généraliste

Second réflexe : appeler un médecin généraliste sans quitter son lieu de résidence. Ce peut être son médecin généraliste, ou un autre généraliste ou un médecin d’un poste de garde. La plupart sont disponibles ce week-end, à Bruxelles et en Wallonie de nombreux généralistes non-inscrits sur les rôles de garde officiels se sont portés volontaires pour compléter les équipes. Il pourra, au terme d’une anamnèse à distance, si les symptômes sont légers, mettre le patient au repos, à son domicile, pendant 7 jours. Certificat médical et prescription de médicaments peuvent être réglés par voie électronique. « C’est la seule manière de faire pour empêcher la diffusion de ce virus qui va très vite », insiste le docteur Orban.

3

Aller à l’hôpital sur avis du médecin

Les représentants de la première ligne de soins ont une crainte à la veille du week-end : voir des citoyens confondre les centres de tri pré-hospitaliers avec les urgences. Le docteur Orban insiste donc : si le médecin estime que le patient doit être examiné pour éventuellement être pris en charge par l’hôpital, il l’enverra au centre de tri de sa région. Cette stratégie du bon endroit, au bon moment est cruciale ».

Comportement inadéquat

Eric Burgraff et E.B.

Le collège de médecine générale et le syndicat de généralistes GBO tirent la sonnette d’alarme. « En aucun cas un médecin ne doit recevoir un patient susceptible d’être atteint par le Covid-19, c’est la même chose pour les postes de garde médicaux. Seuls les patients qui présentent manifestement un autre problème peuvent être vus », explique le docteur Paul De Munck, président du GBO. Le message s’adresse cette fois, non aux patients, mais aux généralistes peu attentifs aux procédures préconisées par le Collège de médecine générale et les autorités. « Nous sommes inquiets parce que certains confrères s’écartent des recommandations du collège pour recevoir des patients porteurs du virus. Alors même que leur protection n’est pas optimale. De plus, ça incite les gens à bouger, donc à disséminer les virus. Nous le déplorons, nous le décrions avec force, nous réprouvons catégoriquement ce comportement » !

Lire aussi CentreTri_V1.mp4

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Société