Coronavirus: l’air plus pur dans les pays confinés?

Coronavirus: l’air plus pur dans les pays confinés?

Moins de transports, moins de production… Dans des pays à l’arrêt ou au ralenti pour cause de coronavirus, la population respire mieux grâce à une réduction de la pollution atmosphérique, même s’il est trop tôt pour en mesurer les effets à plus long terme.

Les images satellite de la Nasa sont éloquentes : en février, la concentration de dioxyde d’azote (NO2), produit principalement par les véhicules et les centrales thermiques, a baissé drastiquement à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie du Covid-19. De rouge/orange, la carte est devenue bleue.

Le même phénomène a été observé début mars par l’Agence spatiale européenne dans le nord de l’Italie, zone confinée depuis plusieurs semaines pour lutter contre la propagation de la maladie. Il se produirait également à Madrid et Barcelone, où un confinement strict est de mise depuis mi-mars, selon l’Agence européenne de l’Environnement.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct