La résistance par le rire s’organise face à la pandémie

Quatre ans presque jour pour jour après les attentats de Bruxelles, Pablo Andres a remis son uniforme d’agent Verhaegen et est reparti pour une croisade belle et désespérée dont il a le secret. © D.R.
Quatre ans presque jour pour jour après les attentats de Bruxelles, Pablo Andres a remis son uniforme d’agent Verhaegen et est reparti pour une croisade belle et désespérée dont il a le secret. © D.R.

Dans le climat d’angoisse qui se propage avec le coronavirus au sein de la population, la résistance par le rire propose une contre-offensive sinon miraculeuse, en tout cas salutaire. Ces derniers jours, les clowns prolifèrent, organisent la contagion par l’humour, et cet exutoire fait du bien.

Quatre ans presque jour pour jour après les attentats de Bruxelles, Pablo Andres a remis son uniforme d’agent Verhaegen et est reparti, tel Clark Kent enfilant le collant de Superman, pour une croisade belle et désespérée dont il a le secret. En moins de trois minutes, balancées solo et face caméra, le plus célèbre agent du royaume est parvenu à détendre tout le pays. Le blocus ? Quel blocus ? « En Belgique, avec la pluie, on est déjà en confinement général la moitié de l’année. » Le coronavirus ? « On va te faire ta peau, fieu. Je crois que t’as pas bien compris où t’as mis les pieds, grand chef. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct