Le MAD donne carte blanche au cinéaste Lucas Belvaux

Le MAD donne carte blanche au cinéaste Lucas Belvaux
DR

Et voilà que tout s’arrête. D’un coup. Boum !

Depuis mardi midi, on ne sort plus. On ne bosse plus que si on peut le faire de chez soi.

Avant tout ça, la semaine dernière encore, ce qui m’occupait c’était la sortie de mon nouveau film, Des hommes.

On l’a fini il y a un mois. Il est tout beau, tout chaud, encore fumant comme un pain qui sort du four.

Dans ces moments-là, le sentiment qui domine, c’est l’impatience, l’envie de le montrer, de le partager. D’avoir « un retour » aussi. Savoir ce que les autres en pensent. Les autres, ce sont ceux qu’on aime, qu’on estime, dont l’avis compte.

Eh bien cette fois, il faudra attendre. Attendre de pouvoir réunir à nouveau dix, vingt, trente personnes (ou plus) dans une même pièce.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct