Le MAD donne carte blanche à Patrick Corillon

Le MAD donne carte blanche à Patrick Corillon
DR

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale se développèrent aux quatre coins de la planète de nouvelles méthodes de pédagogie active visant à doter la jeunesse de garde-fous psychologiques capables d’éviter la barbarie que l’humanité venait de connaître.

Le champignon atomique d’Hiroshima avait si profondément frappé les esprits que le GSEP, Groupe suisse d’éducation plurielle, s’en était inspiré pour bâtir sa philosophie : « Nos sociétés ne pourront à nouveau respirer l’air de la liberté qu’en desserrant l’étau qui écrase notre pensée entre formes simples et discours simplistes tels que : “ Notre champignon est le plus fort. Nous sommes les plus forts.” Si l’on n’inverse pas le mouvement, le monde sera bientôt broyé, réduit en cendres. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct