Des amibes plutôt que des animaux de laboratoire

Photographie de microscopie électronique d’une amibe infectée par une mycobactérie (colorée en bleu).
Photographie de microscopie électronique d’une amibe infectée par une mycobactérie (colorée en bleu). - UniGe

C’est un débat qui rebondit régulièrement. L’expérimentation animale a encore récemment fait l’objet d’une votation populaire à Genève, où un projet pour resserrer les contrôles a été rejeté par le peuple. Dans les labos, des alternatives émergent. A Genève, précisément, une équipe universitaire développe un modèle qui s’appuie sur des organismes unicellulaires : les amibes.

Les amibes ont ainsi été utilisées à la place de souris dans le cadre de travaux visant à tester de nouvelles pistes de traitement contre la tuberculose. Au lieu de prélever de la moelle osseuse sur des rongeurs pour en extraire des macrophages, cellules immunitaires dont le rôle est de « dévorer » les microbes, cela a été fait sur des amibes, avec la même efficacité.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct