Voici comment fonctionne la technologie sur laquelle reposent les «deepfakes»

Donald Trump annonçant l’éradication du sida
: un «
deepfake
».
Donald Trump annonçant l’éradication du sida : un « deepfake ». - Capture d’écran

Derrière chaque deepfake , deux réseaux neuronaux s’affrontent. Ces vidéos, si populaires et inquiétantes à la fois, où l’on voit des célébrités et des représentants politiques prononcer des mots qu’ils n’ont jamais dits sont le fruit d’un travail d’équipe : un réseau invente quelque chose, tandis que l’autre détermine si le premier ment et doit recommencer. D’où le nom du système qu’ils forment : réseaux antagonistes (ou adverses) génératifs. En anglais, leur langue maternelle, on les appelle generative adversarial networks (GAN).

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct