En Wallonie, les communes se font chefs d’orchestre de la solidarité

A Braine-le-Comte, Maxime Daye, le bourgmestre, répond lui-même au téléphone dans le call-center improvisé dans la maison communale. © D.R.
A Braine-le-Comte, Maxime Daye, le bourgmestre, répond lui-même au téléphone dans le call-center improvisé dans la maison communale. © D.R.

Entre deux sonneries de téléphone, le silence a bien du mal à se faire un chemin. Dans le call-center improvisé au sein de l’administration communale de Braine-le-Comte, on décroche et on raccroche comme on le ferait dans n’importe quel service après-vente. Mais ici, ce ne sont pas les clients mécontents que l’on rassure mais bien les citoyens, inquiets face au coronavirus qui est venu chambouler leur quotidien. « On reçoit jusqu’à 70 appels par jour », explique Maxime Daye, le bourgmestre qui répond lui-même au téléphone. « En tout, nous sommes quatre personnes à nous relayer au bout du fil. Je me dois d’être présent car un certain nombre de questions portent sur la sécurité et le respect du confinement que je dois faire respecter. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct