Pourquoi la N-VA s’en prend durement au MR

Depuis toujours, la N-VA tape sur le PS. Alors quand une négociation avorte, les socialistes francophones sont les cibles privilégiées des nationalistes flamands. Business as usual. Mais cette fois-ci, le MR est aussi fortement visé par son ancien allié au sein du gouvernement Michel. Pourquoi ? Plusieurs raisons l’expliquent.

Tout d’abord, « la N-VA reproche au MR ce qu’elle-même pratique : avoir deux fers au feu », analyse le politologue de l’ULB Pascal Delwit. Ensuite, « l’intérêt est aussi de renvoyer la responsabilité sur les francophones et de se dédouaner soi-même. Au moment où les sondages ne sont pas bons, on renvoie sur d’autres ses propres échecs. »

En outre, pointe Dave Sinardet (VUB, Saint-Louis) « ils font passer l’image que les libéraux sont seulement intéressés par les postes, qu’ils voulaient absolument garder leurs ministres et donc conserver le gouvernement Wilmès ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct