Coronavirus: en dehors de la nourriture, les chauffeurs routiers n’ont plus grand-chose à transporter

Coronavirus: en dehors de la nourriture, les chauffeurs routiers n’ont plus grand-chose à transporter
AFP

Ce que l’épidémie a changé pour le secteur du transport routier ? « Il n’y a plus un seul secteur, il y en a deux », constate d’emblée Michaël Reul, président de l’Union professionnelle du transport routier (UPTR). « Il y a ceux qui travaillent beaucoup pour approvisionner les grandes surfaces et les commerces alimentaires. Leurs camions roulent énormément entre les entrepôts et les magasins. Et il y a tous les camions qui roulaient pour les secteurs industriels et qui sont aujourd’hui à l’arrêt. Il n’y a pas de juste milieu ». Pour continuer d’approvisionner les grandes surfaces et éviter la pénurie, « le ministre de la Mobilité François Bellot a obtenu une tolérance (par rapport à la réglementation européenne, NDLR) en matière de temps de conduite : les chauffeurs peuvent rouler quatre heures de plus par semaine, et six heures sur deux semaines. Mais les heures supplémentaires sont payées 150 %, voire 200 % le dimanche. Ce surcoût va être répercuté sur les clients.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct