Coronavirus: se faire dépister, un privilège de riche?

Coronavirus: se faire dépister, un privilège de riche?
Reuters

Depuis une semaine et demie, Marie (prénom d’emprunt) présente de plus en plus de symptômes du coronavirus. Maux de tête, courbatures, toux sèche, essoufflements. Mais elle n’a pas de fièvre. Le mal persistant, son médecin l’envoie dans un centre de « prétriage » d’un hôpital de la périphérie bruxelloise, où les patients suspects sont traités pour envisager une éventuelle hospitalisation. À sa grande surprise, le test ne lui a pas été administré. « J’ai été assez surprise. Sur place, le médecin m’a dit : “Il est très probable que vous soyez porteuse du virus, mais je ne peux pas faire de test. Il m’a dit de revenir si j’avais de la fièvre. » Une situation quelque peu déroutante pour Marie. « Du coup, suis-je contagieuse ? Puis-je laisser mes enfants et mon conjoint sortir ? Sont-ils contagieux eux aussi ? » Mystère.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct