Carnet de bord d’un urgentiste: «En fait, les urgentistes aiment ce type de situation»

Alexandre Ghuysen.
Alexandre Ghuysen.

L’activité a bien augmenté ces deux derniers jours. En nombre, ça augmente forcément. Mais surtout en sévérité : on voit arriver des cas plus lourds à prendre en charge. Pour la première fois, on a dû utiliser la salle de réanimation du « village » (le nom donné au parking du CHU qui a été transformé en poste avancé pour traiter les urgences Covid-19, NDLR). Mais c’est surtout la charge de travail sur les patients aux soins intensifs qui augmente considérablement. C’est en train de poser des questions organisationnelles. Car une fois que les patients sont admis aux soins intensifs, ils y restent trois semaines, voire un mois. C’est ce qui ressort de l’analyse des cas chinois. La charge de travail va donc devenir de plus en plus lourde. Considérable, même. Ce sont des patients qu’il faudra ventiler très longtemps. On a déjà une vingtaine de patients sous respirateur, si on en remet deux de plus chaque jour, ça va devenir tendu…

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct