Proche-Orient: au mur des Lamentations, les murmures des croyants se sont tus

Le site du mur des Lamentations est désormais fermé
: en Israël, les règles dictées par le gouvernement sont appliquées à la lettre par le grand rabbinat.
Le site du mur des Lamentations est désormais fermé : en Israël, les règles dictées par le gouvernement sont appliquées à la lettre par le grand rabbinat. - AFP

La ville trois fois sainte n’est pas épargnée par l’épidémie de coronavirus. Le site du ministère de la santé israélien y indique la présence d’une poignée de personnes contaminées, et dans les rues de la vieille ville, l’absence des touristes confère un charme étrange aux lieux. Comme si seuls les habitants palestiniens du vieux Jérusalem continuaient à vivre normalement. Les autorités religieuses, elles, ont pris des mesures pour lutter contre le virus.

Plus de 30 % des personnes infectées dans les espaces publics ont visité des synagogues et des yeshivas ou y ont été exposées au virus. De nouvelles restrictions sont en cours : les croyants seront autorisés à prier dans des espaces ouverts à l’extérieur de leur maison, mais ils ne seront pas autorisés à se rassembler à l’intérieur des synagogues. Des groupes de dix, le montant minimum requis par la loi juive pour organiser des prières, seront autorisés à se rassembler à l’extérieur, espacés de deux mètres.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct