Coronavirus: de Jérusalem à Rome, les cultes tentent de jouer leur rôle face à la crise

A l’Eglise Saint-Antoine, dimanche à Bruxelles, la messe a été diffusée en direct, sans assistance autre que les officiants à l’intérieur du bâtiment.
A l’Eglise Saint-Antoine, dimanche à Bruxelles, la messe a été diffusée en direct, sans assistance autre que les officiants à l’intérieur du bâtiment. - AFP

Depuis plus d’une semaine, toutes les cérémonies religieuses sont annulées. Les différents organes chefs de culte avaient en effet pris leurs dispositions dès le week-end du 14 mars, avant l’annonce des mesures de confinement strict. Des décisions qui, parfois, ont pris un peu de temps à s’imposer. « Quand nous avons supprimé la prière du vendredi à la Grande Mosquée, on nous a reproché d’être les premiers à fermer les mosquées, explique Salah Echallaoui, vice-président de l’Exécutif des Musulmans de Belgique. A Anvers, un imam a appelé aux rassemblements clandestins dans un prêche en ligne. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct