Coronavirus: la musique classique mise en sourdine

À Bruxelles, la place de la Monnaie est presque vide.
À Bruxelles, la place de la Monnaie est presque vide. - Pierre-Yves Thienpont.

Lieux de partage et de communion par excellence, les salles de concerts restent vides depuis une dizaine de jours. Une image étrange, qui remet beaucoup de choses en perspective. « Ce sont des espaces où il y a toujours des gens au travail, des musiciens qui répètent… On s’attend à quelque chose mais on ne sait pas encore quoi », dit Peter De Caluwe, directeur de la Monnaie. Aux quatre coins du pays, tout le monde s’organise pour limiter l’impact de la crise et garder la tête hors de l’eau. À la Monnaie, certains poursuivent le travail à distance, même si pour une grande partie du personnel (les techniciens, les costumiers…), le télétravail n’est pas envisageable. La situation est la même à l’Opéra Royal de Wallonie-Liège, à Flagey, à l’OPRL, à Bozar… Toutes les institutions essayant de trouver des solutions pour reporter des productions ou pour célébrer la musique de manière alternative.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct