Coronavirus: les binationaux bloqués au Maroc se sentent abandonnés

Ils sont des centaines, peut-être plus, à ne pas avoir réussi à se glisser dans un des vols qui avaient été organisés ces derniers jours.
Ils sont des centaines, peut-être plus, à ne pas avoir réussi à se glisser dans un des vols qui avaient été organisés ces derniers jours. - Reuters

Parmi les quelques dizaines de milliers de Belges inscrits sur le site des Affaires étrangères qui répertorie les personnes à l’étranger dont celles souhaitant rentrer en Belgique, on trouve une proportion importante – impossible à quantifier – de Belgo-Marocains que la crise du coronavirus a coincés au Maroc. Pour cette partie de la population belge, les séjours sur la terre des ancêtres sont chéris, comme une tradition vivace qui permet de garder le contact avec la famille restée là-bas. Le problème ici, pour eux, c’est que lors des retours précipités organisés à la hâte et le plus souvent dans une grande confusion par les compagnies aériennes depuis la mi-mars environ, la « catégorie » des Belgo-Marocains paraît avoir reçu un traitement particulier, moins favorable que les autres. En deux mots : ils sont des centaines, peut-être plus, à ne pas avoir réussi à se glisser dans un des vols qui avaient été organisés ces derniers jours.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct