Coronavirus: les effets déjà bénéfiques du confinement sur l’air et le bruit

Résultat de la baisse d’activité routière et économique, la qualité de l’air s’améliore fortement. Les passants peuvent le sentir et presque le voir.
Résultat de la baisse d’activité routière et économique, la qualité de l’air s’améliore fortement. Les passants peuvent le sentir et presque le voir. - Photo News.

Le graphique est parlant. La courbe évolue en dents de scie. A partir du 18 mars, les dents se font de moins en moins pointues, chutent au cours du week-end des 14 et 15 mars, reprennent un peu de vigueur pour chuter à nouveau. Le graphique montre le « bruit sismique » mesuré pas les sismomètres d’Uccle – un en surface, l’autre enterré à près de 100 mètres de profondeur. Ce que ces mesures montrent n’est ni plus ni moins que l’empreinte sonore des humains sur la terre, au moins des Bruxellois. Une empreinte qui n’a cessé de se marquer depuis le début des mesures, relève Thierry Camelbeeck, sismologue à l’Observatoire, mais qui, ces derniers jours, s’est faite de moins en moins lourde. Tram, voitures, trains, camions, bus, industrie, machines-outils… l’activité humaine s’est effondrée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct