Carnet de bord d’un urgentiste: «Chaque hôpital fait ses projections, ça a un côté angoissant»

«
On sait qu’on va arriver à saturation à un moment
», selon Alexandre Ghuysen.
« On sait qu’on va arriver à saturation à un moment », selon Alexandre Ghuysen. - D.R.

La grande nouvelle du jour, c’est qu’on a commencé à monter le bâtiment du scanner mobile au « village Covid » (le petit nom du parking du CHU transformé en poste médical avancé pour lutter contre le virus, NDLR). Normalement, il sera opérationnel en début de semaine prochaine. Ça va nous simplifier la vie. Parce qu’aujourd’hui, à chaque fois qu’on souhaite faire un scan, il faut appeler un brancardier, éventuellement l’accompagner, descendre la rampe, traverser les couloirs de l’hôpital pour aller au scanner avec toutes les précautions d’usage vu que le patient est potentiellement infecté. Même si l’hôpital n’est qu’à 50 mètres du village, c’est une sacrée organisation. Puis, pour y aller, c’est facile, ça descend. Mais quand il faut remonter le patient au village… c’est nettement plus fatigant, surtout pour les brancardiers.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct