Coronavirus: les syndicats dénoncent les entreprises qui abusent du chômage pour les employés malades

Pour l’heure, un brouillard épais entoure la matière, et les spécialistes en droit social naviguent à vue.
Pour l’heure, un brouillard épais entoure la matière, et les spécialistes en droit social naviguent à vue. - Belgaimage

L’épidémie de coronavirus a entraîné une explosion du nombre de travailleurs belges placé en chômage temporaire, soit parce que leur entreprise a été contrainte de fermer ses portes par les autorités (force majeure), soit parce que l’activité dans leur secteur a fortement ralenti (raisons économiques). Dans ce contexte, les principaux syndicats d’employés s’inquiètent du sort réservé aux travailleurs malades. En temps normal, ceux-ci ont droit à un salaire complet garanti payé par leur employeur pendant le premier mois de maladie. A la fin de cette période, ils perçoivent une indemnité d’incapacité de travail payée par leur mutualité (60 % de leur salaire mensuel brut plafonné à 3.821 euros, soit 2.292 euros maximum). Problème, dénoncent la CNE et le Setca : des employeurs abuseraient de la situation pour systématiquement placer leurs travailleurs malades en chômage temporaire – parfois même de manière rétroactive, selon les syndicats –, et ainsi faire l’économie du paiement du mois de salaire garanti.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct