Édouard Philippe: «Les quinze premiers jours d’avril seront encore plus difficiles»

Édouard Philippe: «Les quinze premiers jours d’avril seront encore plus difficiles»

Une franche explication. C’est ce qu’avait promis le Premier ministre français Édouard Philippe alors que la méfiance s’est installée dans le pays. Soudée dans un premier temps derrière ses dirigeants, l’opinion publique s’est en effet retournée depuis. Et cela alors que la vague de l’épidémie continue de déferler dans le Grand Est tout en commençant à submerger l’Ile-de-France, où les hôpitaux sont proches de la saturation.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct