Coronavirus: détruire la biodiversité, c’est favoriser les épidémies, dit le WWF

Le WWF fait un lien entre déforestation, ici en Amazonie, et la diffusion de virus dans le circuit humain.
Le WWF fait un lien entre déforestation, ici en Amazonie, et la diffusion de virus dans le circuit humain. - REUTERS.

Les choses arrivent rarement par hasard. S’il est encore trop tôt pour connaître l’origine exacte de la contamination massive au Sars-CoV2, le coronavirus, de plus en plus de scientifiques relèvent que la destruction de la biodiversité favorise l’émergence des zoonoses, ces maladies humaines d’origine animale.

Dans un rapport non encore publié mais dont « Le Soir » a pu prendre connaissance, des chercheurs du WWF-Italie agitent une nouvelle fois le toscin. Le passage de pathogènes de l’animal aux êtres humains est facilité par la destruction progressive et la modification des écosystèmes et par l’irruption de l’homme dans les dernières zones sauvages de la planète. La contagion de l’homme par l’animal est aussi souvent due au commerce illégal ou incontrôlé d’espèces sauvages occasionnant un contact avec les animaux et leurs pathogènes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct