Les maux de la Belgique se reflètent dans ses briques

Les maux de la Belgique se reflètent dans ses briques

Les Belges et ceux qui vivent dans le pays ont parfois une fâcheuse tendance à l’autoflagellation. Lorsque l’affaire de la déliquescence des tunnels bruxellois a éclaté, nombreux sont ceux qui y ont vu une métaphore de l’infrastructure en Belgique : en décrépitude. Il faut dire que les exemples sont à portée de main : rares sont ceux qui ont grandi dans une école flambant neuve, rares sont ceux qui n’ont pas vu couler des gouttes sur le quai du métro souterrain ou qui n’ont pas dû remplacer leurs amortisseurs après des trajets répétés sur les routes et autoroutes du pays.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct