Énergie: les réseaux vont bien, mais le consommateur paie

Énergie: les réseaux vont bien, mais le consommateur paie

V ous ne pouvez pas comparer les tunnels bruxellois aux réseaux de gaz et d’électricité. » Une fois, deux fois, trois fois… cette mise en garde revient de tous les côtés. Les acteurs du secteur énergétique sont formels : leur situation n’est absolument pas comparable à celle des tunnels qui s’affaissent et des musées qui fuitent. Et on peut difficilement leur donner tort.

Certes, les gestionnaires de réseau de gaz ou d’électricité relèvent de la sphère publique. Ce sont des intercommunales (Resa, Ores, Sibelga) ou des sociétés privées avec actionnariat public (Elia et Fluxys). Mais leur spécificité, c’est qu’elles sont soumises au contrôle d’un régulateur, distinct du pouvoir politique. Ce n’est donc pas le politique qui prend les décisions d’investir, mais les sociétés elles-mêmes, qui doivent remettre chaque année un plan d’investissement (sur trois ou cinq ans) à leur régulateur.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct