Coronavirus: qui paie les vols de rapatriement?

Il reste encore, à l’heure actuelle, quelque 15.000 Belges à ramener au pays.
Il reste encore, à l’heure actuelle, quelque 15.000 Belges à ramener au pays. - Belga

Il y a eu des dérives. Il y a eu des compagnies qui n’ont pas joué le jeu. On les connaît, on ne les oubliera pas dans l’après-crise ». Sur Europe1, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian est amer. Des compagnies aériennes profitent des vols de rapatriements pour réclamer des tarifs disproportionnés à certains passagers. Jusqu’à 2.000 euros pour une place en Éco, paraît-il.

En Belgique, pas d’échos de ce genre, jusqu’ici. Voire l’inverse. « Je tiens à préciser que nous effectuons les vols de rapatriement au tarif habituel, ça fait partie de l’esprit de notre compagnie depuis ses débuts » explique Niky Terzakis, le CEO d’Air Belgium qui se dit également choqué de voir certaines compagnies réclamer des sommes exorbitantes pour une place dans leurs avions. L’occasion de chercher à comprendre comment sont organisés ces fameux vols de rapatriements, sachant qu’il reste encore, à l’heure actuelle, environ 15.000 Belges à ramener au pays.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct