La Fédération des étudiants francophones s’oppose à l’allongement de l’année académique jusqu’à la mi-juillet

La Fédération des étudiants francophones s’oppose à l’allongement de l’année académique jusqu’à la mi-juillet
Kyle Gregory Devaras

La Fédération des étudiants francophones (FEF) n’est pas partisane d’une éventuelle prolongation de l’année académique jusqu’à la mi-juillet, estimant que celle-ci pourrait être source d’inégalité et de précarité pour les étudiants.

La ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny envisage de permettre aux établissements du supérieur qui le souhaitent de prolonger l’année académique jusqu’à la mi-juillet pour rattraper les semaines de cours perdues en raison du confinement.

Pour la FEF, cette possibilité pourrait amener certaines écoles à empiéter sur le mois de juillet, et d’autres pas.

« Cela placerait alors les étudiants dans une situation d’inégalité », juge Chems Mabrouk, présidente de la FEF, organisation qui plaide depuis le début du confinement pour des mesures généralisées à l’ensemble du secteur pour éviter toute discrimination.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct