CEB, CE1D, entrée en médecine...: l’incertitude sur la tenue des examens

Des primaires à l’université en passant par les hautes écoles, tout l’enseignement est perturbé. On cherche des solutions pour valider les parcours sans sacrifier la valeur des diplômes.
Des primaires à l’université en passant par les hautes écoles, tout l’enseignement est perturbé. On cherche des solutions pour valider les parcours sans sacrifier la valeur des diplômes. - Belga.

Concernant les examens, nous espérons qu’ils pourront se poursuivre normalement mais je vous invite déjà à réfléchir aux modes d’évaluation alternative ». Ce message d’un directeur-président de haute école à son personnel en dit long sur les doutes qui animent l’enseignement supérieur depuis des semaines. Depuis en fait que, le 12 mars, tout le secteur est passé en mode « cours à distance ». Depuis aussi que, début de semaine dernière, les universités ont décidé de prolonger l’expérience jusqu’à la fin officielle des cours mi-mai. Depuis, politiques, recteurs, directeurs de hautes écoles… tentent de trouver un modus vivendi pour réduire les écarts de traitement entre leurs étudiants. Plus facile à dire qu’à faire, tant la situation d’un futur ingénieur électromécanicien diffère de celle d’un futur agrégé en philo et lettres.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct