Un manuscrit de Félicien Rops, et la mort surgit

Francis Groff.
Francis Groff. - D.R.

Les auteurs de romans policiers ont l’art en tête. En page 3 de ces Livres du Soir, l’auteur flamand Toni Coppers traite de L’affaire Magritte. Ici, Francis Groff centre son intrigue sur la personnalité du peintre namurois Félicien Rops. Un artiste qui a bien sa place dans un roman basé sur le crime : il est mystérieux, étrange, provocateur et volontiers infernal.

Stanislas Barberian est un type sympa. Belge, mais bouquiniste à Paris. Il revient souvent en Belgique, d’abord par amour pour la Bruxelloise Martine, ensuite pour ses affaires de livres rares et précieux. L’homme est futé. On l’avait remarqué dans sa première enquête, Morts sur la Sambre, où le hasard l’avait mêlé à la mort par noyade d’un juge d’instruction, une mort pas tout à fait naturelle et un magistrat pas tout à fait honnête.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct