Coronavirus: les Pays-Bas prêts à «donner» 1,2 milliard d’euros pour l’Europe du Sud

Wopke Hoekstra (au second plan) et Mark Rutte, lors d’un débat parlementaire sur la crise du coronavirus, le 18 mars à La Haye
: marche arrière...
Wopke Hoekstra (au second plan) et Mark Rutte, lors d’un débat parlementaire sur la crise du coronavirus, le 18 mars à La Haye : marche arrière... - EPA.

Rétropédalage en bonne et due forme, pour les Néerlandais. Ils ont transmis à leurs pairs, mercredi soir, une proposition visant à établir un fonds ou une facilité européenne de dix à vingt milliards d’euros pour lutter contre le coronavirus.

Dans ce fonds, les Pays-Bas seraient prêts à mettre jusqu’à 1,2 milliard d’euros en « contribution directe », selon le texte que Le Soir a consulté. Il ne s’agirait pas de prêts mais de « dons ». C’est d’ailleurs le terme qu’a utilisé le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, devant son parlement national.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+

    • Quel est le lieu qui incarne, pour vous, le monde d’après
? Jean Macq, professeur en santé publique à l'UCLouvain, a décidé de poser, à deux pas de l’université, devant une maison médicale, modèle parfait de ce en quoi il croit pour le futur des soins de santé
: «
La maison de santé, à deux pas de la crèche parentale, illustre bien l’importance de la notion de territoire qui doit guider notre vision de la santé dans le monde d’après. Plusieurs professions au cœur d’un quartier, donc au plus près du quotidien des habitants.
»

      Penser le monde d’après: quelles leçons pour le secteur de la santé?