Avant le confinement, un marché en ordre dispersé

Le baromètre publié ce jeudi livre aussi les chiffres pour les trois premiers mois de l’année.

Durant cette période, le nombre global de transactions immobilières a chuté de -7,9 % par rapport à 2019. L’effet du confinement est donc bien visible, même s’il ne concerne que les deux dernières semaines de mars. Pour le reste – les deux premiers mois et demi de 2020 – les évolutions ont été très différentes dans les trois régions : -3,3 % en Flandre, +3,1 % en Wallonie et +8,3 % dans la capitale.

« La très forte augmentation de l’activité en Flandre, liée à la suppression du woonbonus fin 2019, a laissé logiquement la place à une activité en net recul début 2020. En Wallonie et à Bruxelles, l’activité est restée soutenue », commente Renaud Grégoire, qui constate que l’annonce des restrictions bancaires suggérées par la Banque nationale n’a pas entraîné un recul de l’activité aussi marqué qu’attendu.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct