Ellis Marsalis était l’encyclopédie du piano jazz

Le monde du jazz a toujours apprécié le son lumineux d’Ellis Marsalis, son utilisation de toute l’étendue du clavier, sa connaissance de tous les styles de jazz.
Le monde du jazz a toujours apprécié le son lumineux d’Ellis Marsalis, son utilisation de toute l’étendue du clavier, sa connaissance de tous les styles de jazz. - Photo News

Le coronavirus emporte nombre de musiciens de jazz. Après Manu Dibango et Wallace Roney, c’est Ellis Marsalis qui en est mort. Le pianiste était sans doute moins célèbre dans le grand public que deux de ses fils, Wynton et Branford, mais le monde du jazz a toujours apprécié son son lumineux, son utilisation de toute l’étendue du clavier, sa connaissance de tous les styles de jazz, quasi encyclopédique, de l’art pianistique de Jerry Roll Morton à la musique nouvelle d’Ornette Coleman.

En fait, Ellis Marsalis était en quelque sorte un pianiste classique, ayant assimilé tous les styles, de La Nouvelle-Orléans à la côte californienne, ayant interprété la Rhapsody in Blue de Gershwin avec l’Orchestre symphonique de la Nouvelle-Orléans, ayant joué avec les frères Adderley, ayant participé à des orchestres à l’armée, ayant accompagné Al Hirt dans les années 60.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct