Israël: les ultra-orthodoxes touchés de plein fouet par le coronavirus

Intervention musclée des forces de sécurité dans les ruelles de Mea Shearim
: malgré les descentes de police, une minorité refuse de respecter les consignes du ministère de la Santé.
Intervention musclée des forces de sécurité dans les ruelles de Mea Shearim : malgré les descentes de police, une minorité refuse de respecter les consignes du ministère de la Santé. - AFP.

Reportage

Chez les Neturei Karta, la haine de l’Etat israélien est aussi forte que leur volonté d’en vivre le plus détaché possible, au point de taguer des drapeaux palestiniens sur les murs pour marquer leur séparatisme. A Mea Shearim, quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem, cette communauté radicale et minoritaire occupe quelques immeubles. Comme Aron Krauss, 24 ans et un air de défi dans les yeux, ses membres n’ont que faire des consignes du gouvernement. Interdiction d’aller à la synagogue ? « Je continue de m’y rendre », répond le jeune homme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct