Coronavirus: la police sur le qui-vive ce week-end

La Belgique entame ce week-end des vacances de Pâques d’un genre nouveau : le genre confiné à domicile. En tout cas, c’était le souhait des autorités à la veille d’une fin de semaine qui s’annonçait ensoleillée, donc tentante pour qui voudrait enfreindre les règles du confinement. Pour faire respecter ces règles et lutter contre la propagation du covid-19, la police veillera au grain.

La concomitance du début des vacances de Pâques ce samedi 4 avril et d’une météo douce (on annonce jusqu’à 20ºC dimanche) fait craindre de nombreuses entorses aux règles de confinement. « Malheureusement, beaucoup de projets initialement prévus pour ces vacances ne pourront pas avoir lieu à cause du coronavirus », a compati vendredi Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de crise. « Ce n’est agréable pour personne, mais nous n’avons pas le choix si nous voulons garder la situation sanitaire gérable », a-t-il souligné. Les règles sont donc (assez) claires : sortir seul, en famille ou avec un.e seul.e ami.e reste autorisé pour profiter du soleil près de chez soi. Ceux qui ont la chance d’en bénéficier peuvent profiter en famille de leur jardin. Pour le reste, tous les déplacements non-essentiels sont interdits.

Pour faire respecter ces règles, la police sera bien présente. Pas question de se rendre à la Côte ou en Ardenne pour profiter du beau temps.

Contrôles massifs

Les gouverneurs des provinces de Luxembourg et Flandre occidentale, « qui connaissent le même attrait touristique » ont « souhaité rappeler d’une même voix que les déplacements touristiques et pour se rendre dans sa seconde résidence sont strictement interdits ». On promet : « La police se chargera de faire respecter stricto sensu ces mesures. »

Pour ceux qui se risqueraient à tester les limites de l’arrêté royal sur le confinement, « des contrôles seront organisés massivement sur tout le territoire de la province de Luxembourg, et ce durant tout le week-end et les vacances de Pâques. Toutes les équipes des zones de police de la province, la police fédérale et la police de la route seront mobilisées. Des renforts fédéraux ont été sollicités ».

L’échelon fédéral confirme. « On s’attend effectivement à ce que des gens souhaitent se déplacer avec le beau temps qu’on annonce, donc du côté de la police fédérale, nous avons prévu une capacité en appui des zones. Nous n’allons pas donner plus d’infos sur les lieux et les moyens mis à disposition, nous espérons surtout que ce ne sera pas nécessaire et que les gens vont respecter les règles. » Il faut s’attendre à des contrôles renforcés sur les grands axes routiers comme dans les trains.

Amendes à partir de 250 euros

Les infractions aux règles du confinement (interdiction des rassemblements, des déplacements non essentiels…) sont passibles d’une amende allant de 250 à 4.000 euros. La perception immédiate de la « prune » est proposée quasi systématiquement.

À Bruxelles, toute première infraction par une personne majeure sera punie d’une sanction administrative communale (de 250 euros). En cas de récidive, les policiers dresseront un P-V judiciaire, pouvant mener le récalcitrant devant un tribunal… où les amendes peuvent grimper jusqu’à 4.000 euros. Avis aux amateurs.

Les amendes administratives «régularisées» ce week-end?

L.Co.

Une controverse agite les juristes depuis le début de la semaine sur la légalité des sanctions administratives communales (SAC) pour faire respecter les mesures contre le coronavirus : peu importe, les autorités bruxelloises ont annoncé qu’elles entendaient poursuivre le système. Sur les deux premières semaines de confinement, les six zones de police ont déjà dressé plus de 5.600 P-V dans ce cadre. Ailleurs dans le pays, certaines zones de police appliqueront des sanctions administratives et/ou judiciaires. Du reste, l’arrêté royal « réparateur », pour assurer la légalité de la voie administrative, sera présenté ce samedi en kern élargi aux 10 présidents de parti. La fin de la polémique approche.

Enfin, les agents de police du pays ont finalement reçu des directives claires sur ce qui est autorisé ou non durant le confinement lié à la pandémie. Tous les chefs de corps vont recevoir une note et tous les agents en rue disposeront d’un nouveau « guide des interventions », comme l’a annoncé le président de la Commission permanente de la police locale, Nicholas Paelinck. Le fascicule devrait permettre de « fermer toutes les portes », alors que les citoyens se montrent très « inventifs avec toutes sortes d’astuces pour contourner les mesures », assurait-il dans le Tijd.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Société