L’acteur allemand Lars Eidinger: «L’histoire risque de se répéter»

Les larmes de Lars Eidinger à la récente Berlinale.
Les larmes de Lars Eidinger à la récente Berlinale. - Reuters

Dans le film de Vadim Perelman Persian Lessons, un Hauptsturmführer se tient à la fenêtre et lit un poème. Il l’a écrit lui-même. Il se retrouve dedans. Dans la langue. C’est quelque chose qui est sorti de lui. Il lit le poème et s’enivre de lui-même. Emu de sa création, il a les larmes aux yeux. Il aspire à des applaudissements.

De l’autre côté de la table, Gilles, l’ami qu’il appelle Reza. Il est la peur incarnée. Il a inventé cette langue pour se sauver. L’homme à la fenêtre, chef cuisinier du camp de concentration, prend Gilles, le juif belge, pour un Perse. Et la langue dans laquelle il a écrit son poème pour du farsi.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct