Le JT pour les nuls, chacun chez soi et avec les moyens du bord

Un JT d’infortune
: «
Quand tous les journalistes sont malades, on appelle les remplaçants… Et là, ce sont les remplaçants des remplaçants.
»
Un JT d’infortune : « Quand tous les journalistes sont malades, on appelle les remplaçants… Et là, ce sont les remplaçants des remplaçants. » - D.R.

C’est une nouvelle génération d’humoristes qui débarque quotidiennement, depuis une dizaine de jours, sur les réseaux sociaux. Le « Kings of Comedy Club » a monté en quelques jours un véritable commando de soldats et de reporters. Mission : tenter, en ces temps d’angoisse croissante, d’apporter du rire et de la détente dans les chaumières.

A la tête du club qu’il gère depuis 2012, Cédric Vantroyen avait créé un groupe de réflexion il y a une quinzaine de jours, avec une quarantaine d’humoristes, parmi lesquels Alex Vizorek et Guillermo Guiz. Les idées ont fusé. Celle qui s’est concrétisée le plus rapidement a pris la forme d’un journal télévisé d’infortune, diffusé à 13 heures sur la page Facebook du KCC. Dans la digne succession des émissions de « televizione povera », jadis incarnées chez nous par les Snuls et en France par Groland ou les Nuls. Mais façon bricolage, et avec infiniment moins de moyens que leurs aînés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct