«Fleurs de funérailles»: Veronika Mabardi

«Fleurs de funérailles»: Veronika Mabardi

Veronika Mabardi

Tu n’es pas loin, non

Je sais que tu m’entends

Il n’y a plus de temps maintenant

Plus de peur

Plus de séparation

*

Je tisse des pensées vers toi, dans cet ici où tu es

Et tous tes petits gestes

Ton visage quand tu ne sais pas que je te regarde

Ton dos quand tu t’éloignes après avoir dit au revoir

Ce nuage qui passait dans tes yeux, sans explications

Tes mains sur la table

Ta voix

Les repas partagés

Les silences

La peau

Les mots que tu prononçais

Tout ce que tu n’as jamais dit

Tout ce que nous savons de toi

Tout est là maintenant

Je prends tout et j’avance

*

Et je te laisse aller

Avec tout ce qui est

Et la douleur aussi est là

Mais ne t’inquiète pas

Nous ne sommes pas seuls

*

Il y a eu cette lumière sur le mur – et un voile d’ombre

Et la lumière à nouveau

Tous les détails nous viennent de toi

*

Un oiseau s’est posé sur le trottoir – c’était toi

Un enfant a ri

Et maintenant j’égrène tout ce qui nous appartient

Je fais la liste des bénédictions

*

Et maintenant tu ouvres un espace inconnu

Et je suis curieuse

De cet avenir qui nous attend maintenant que tu es devenu autre

Non tu ne seras jamais très loin

*

Ce qui nous séparait n’existe plus maintenant

Il n’y a plus que nous

Et maintenant tu nous relies

Nous qui restons ici pour un moment encore

Tu es entre nous – un fil solide qui nous empêche de tomber

Et nous avancerons

Avec toi

Avec tout ce qui est

Avec la douleur parfois

Mais avec cette chaleur aussi

Cette chaleur sous les larmes quand nous nous souviendrons de toi

De toi et de nous avec toi

Nous avancerons avec les détails

Le temps n’a plus d’importance

Avec chaque moment – tout est là maintenant

Et ce sera précieux de t’avoir connu

Je te laisse aller – sois en paix

Nous resterons là encore un moment

Nous veillerons

Nous guetterons les signes

Nous t’évoquerons et cela te fera revenir

A quelques pas de nous

Ne t’inquiète pas

Nous ne sommes pas seuls

Réunis par Carl Norac, le poète national belge, près d’une centaine de poètes du nord et du sud du pays s’allient depuis jeudi passé afin d’écrire et de dédier des poèmes funéraires à la mémoire de femmes et d’hommes disparus ces derniers jours (pas que du coronavirus), enterré(e)s de façon expéditive, le plus souvent sans rite ni cérémonie. Le nom de cette opération, historique sur le plan littéraire, remarquable du point de vue de la dignité humaine ? « Fleurs de funérailles ».

Quelques familles de victimes, depuis le lancement de cette opération bénévole, ont fait appel aux poètes, via la Maison de la poésie de Namur, Les Midis de la poésie (Bruxelles) et VONK en zonen (Anvers).

La plupart des poèmes sont par ailleurs accessibles sur le site du poète national.

Les autres poèmes.

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Club du Soir

    0 Commentaire