Coronavirus: un mois d’état d’urgence au Japon pour éviter la catastrophe

Le droit nippon ne permet pas d’imposer le confinement aux citoyens, mais la plupart des Japonais respectent les règles de «
distance sociale
» - ici, dans un grand magasin de Tokyo.
Le droit nippon ne permet pas d’imposer le confinement aux citoyens, mais la plupart des Japonais respectent les règles de « distance sociale » - ici, dans un grand magasin de Tokyo. - AFP.

Dans les rues de Tokyo mardi, avant même l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, des queues se sont formées devant les distributeurs de billets et les supermarchés, dont les rayons s’étaient déjà largement vidés ces derniers jours. Dans les quartiers situés aux abords des gares, d’habitude très animés jusque tard le soir, nombre de commerces ont fermé, le trafic s’est considérablement réduit, et les rues se sont progressivement vidées. Exactement comme quand, en septembre 2019, en pleine Coupe du monde de rugby, un très violent typhon était en train de s’approcher de la capitale nippone.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct