Coronavirus: Sciensano craint «l’empoisonnement» des toxicomanes

Des prélèvements de seringues (respectant l’anonymat des toxicomanes) avaient commencé à la «
salle de shoot
» de Liège. Sciensano, qui devait effectuer les tests, a dû cependant annuler le partenariat.
Des prélèvements de seringues (respectant l’anonymat des toxicomanes) avaient commencé à la « salle de shoot » de Liège. Sciensano, qui devait effectuer les tests, a dû cependant annuler le partenariat. - Sylvain Piraux / Le Soir.

Une population à risque. Très à risque. Les toxicomanes les plus désocialisés, vivant souvent à la rue ou dans des squats au cœur des grandes villes, sont frappés de plein fouet par la crise du coronavirus et ses conséquences.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct