Le confinement sera-t-il prolongé ou durci? «Le Soir» répond à vos questions

C’est lors du Conseil national de sécurité, dirigé par la Première ministre Sophie Wilmès, que sera décidé un prolongement après le 19 avril des mesures de confinement.
C’est lors du Conseil national de sécurité, dirigé par la Première ministre Sophie Wilmès, que sera décidé un prolongement après le 19 avril des mesures de confinement. - Belga / Benoît Doppagne.

La question est simple. Elle revient régulièrement. Le confinement sera-t-il prolongé ? Si la question est simple, personne ne connaît encore sa réponse précise, pas même les décideurs. Nous disposons toutefois de quelques indications…

Vos questions

La question nous a été posée par de nombreux lecteurs, comme Momolebeau889, Mehmet ou Adel ces dernières heures dans notre live : « Pensez-vous que le confinement sera prolongé ou durci, d’une manière ou d’une autre ? » Marianne demande encore « combien de jours à l’avance saurons-nous si le confinement sera prolongé au-delà du 19 avril » ?

La réponse des autorités

Le Conseil national de sécurité a décidé le 27 mars une prolongation des mesures de confinement jusqu’au dimanche 19 avril. Ce confinement pourra éventuellement être prolongé de deux semaines supplémentaires, jusqu’au dimanche 3 mai. Le gouvernement et les différents groupes d’experts évalueront en continu l’efficacité de ces mesures.

Par ailleurs, le gouvernement a mis sur pied cette semaine un groupe d’experts chargé d’étudier le scénario de sortie de crise.

Nos réponses à vos questions

Durcissement. Un éventuel « durcissement » des règles en vigueur ? Il n’est a priori pas à l’ordre du jour. D’abord, parce que les règles en place sont déjà particulièrement restrictives pour nos libertés : interdiction de rassemblement, sorties limitées, nombreux commerces fermés… Ensuite, parce que les chiffres du nombre d’hospitalisations en raison de l’épidémie de Covid-19 prennent la bonne direction depuis quelques jours. Ce qui ne signifie pas que nous puissions relâcher nos efforts, répètent en boucle le Centre de crise et tous les scientifiques. Toutefois, les mesures sont régulièrement ajustées, mais plutôt dans le sens d’un assouplissement modéré (exemples avec les familles avec enfants ou les couples vivant séparément).

Prolongation. Vient la question de la prolongation (ou non). Premier indice des autorités : cette option d’une prolongation du confinement jusqu’au 3 mai. Cette communication, dès le 27 mars, laisse assez peu de doutes sur l’activation future de cette option. Sans que nous puissions en être certains avant que se tienne le Conseil national de sécurité (CNS). Ce CNS se tiendra mercredi 15 avril, a annoncé jeudi le ministre-président flamand, Jan Jambon.

Autre indication sur une probable prolongation jusqu’au 3 mai : les consignes répétées de prudence à la population. Ces appels à la rigueur. « Nous ne sommes pas dans une position dans laquelle on peut relâcher nos efforts », insistait mardi le porte-parole du Centre de crise, Benoît Ramacker.

Au niveau européen, « ce n’est pas le moment d’assouplir les mesures », a affirmé le directeur général de l’OMS Europe, Hans Kluge, ce mercredi. « Il est temps de doubler et de tripler une fois de plus nos efforts collectifs en faveur de l’élimination du virus, avec le soutien de la société tout entière. » Chez nos voisins français, les règles de confinement sont régulièrement durcies, comme l’interdiction des joggings en journée à Paris. « Le confinement est appelé à durer », a encore prévenu ce mercredi le Premier ministre français Edouard Philippe. Emmanuel Macron annoncera lundi une prolongation du confinement au-delà du 15 avril. L’ambiance n’est pas à une sortie de crise à court terme.

Sortie du confinement. Reste que la question du « déconfinement » est depuis peu sur la table. La Première ministre Sophie Wilmès a créé un groupe d’experts pour plancher sur le scénario de sortie de crise. Le « Groupe d’experts en charge de l’exit strategy » (GEES) est constitué de cinq experts sanitaires (virologues, épidémiologistes…) et de cinq spécialistes issus de la sphère socio-économique. L’absence de spécialistes des sciences humaines et sociales suscite d’ailleurs quelques critiques…

La phase de « déconfinement » est donc en préparation. Les experts y travaillent. Mais lorsque sortie du confinement il y aura, elle ne sera pas brutale et désordonnée. L’enjeu est d’éviter une seconde vague de contamination. En la matière, tout est à inventer. Là aussi, il faudra quelques semaines aux autorités politiques et sanitaires pour trouver la meilleure formule de retour progressif à la normale.

« Le Soir » continue de vous accompagner dans cette crise liée à la pandémie de Covid-19. N’hésitez pas à poser toutes vos questions via le bouton « commentaires » ci-dessous. Chaque jour, nous publierons des réponses à une série d’interrogations : confinement, virus, mesures sociales, solidarités… Continuez à nous solliciter.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Société